Pourquoi des parlements libres de jeunes ?

Nous souhaitons agir contre la précarité vécue par des jeunes adultes (18-30 ans) en organisant un mouvement autonome de jeunes porteur de quelques propositions / revendications prioritaires.

Nous voulons que les jeunes – qu’ils viennent des quartiers populaires ou des campagnes, qu’ils soient étudiants ou sans qualifications – puissent faire entendre leurs colères, leurs espoirs ou leurs rêves, puissent prendre confiance en leur capacités, s’unir et s’organiser collectivement pour améliorer leurs conditions de vie et leur accès au monde du travail.

AequitaZ, Les Cités d’Or, le MRJC Rhône Alpes et l’Union Rhône-Alpes des Centres Sociaux
ont organisé le premier Parlement libre des jeunes, du 18 au 20 octobre 2013 (Sainte Croix, Drôme)

100 parlementaires

D’où vient cette initiative ?

Nous avons rencontré une soixantaine de jeunes adultes (18-30 ans), vivant dans des villes de Rhône-Alpes (Grenoble, Valence, Saint Etienne, Chambéry). Plus de la moitié d’entre eux vivent en situation de pauvreté. Ils sont porteurs de colère ou d’une aspiration à plus de justice. Les jeunes adultes sont les plus touchés par le chômage (qui peut atteindre 50% dans certains quartiers) et par l’emploi précaire (à 30 ans, 1/3 des jeunes français n’a pas d’emploi stable contre 6% des danois ou 12% des néerlandais). Face à cette situation, l’Etat a choisi que seules les familles pouvaient être solidaires puisque les jeunes n’ont pas le droit à un revenu minimum. En conséquence, les jeunes sont de plus en plus touchés par la pauvreté (le taux de pauvreté des 18 à 29 ans est passé de 7,9 à 10,3% entre 2002 et 2009) et se retrouvent souvent en errance.

Cette situation est encore plus importante dans les quartiers populaires où les jeunes vivent, en plus, l’éloignement des lieux d’activité économique, les discriminations liées à l’origine et/ou le lieu d’habitation, la concentration des difficultés scolaires…

Nous avons organisé, avec certains d’entre eux, des temps de débat ou d’atelier, afin d’identifier ce qu’ils aimeraient changer dans leur vie. Des actions autour de la solidarité entre jeunes, de la lutte contre les discriminations ou sur le non-recours aux droits. Nos propositions visent à :

  1. Développer le leadership démocratique pour une partie des jeunes adultes (18-30 ans) de la région Rhône-Alpes. Ce leadership est une capacité à mobiliser autour d’eux pour mener des actions collectives, une capacité d’analyse stratégique et une capacité à partager le pouvoir et les responsabilités.
  2. Faire reculer la précarité économique des jeunes adultes en Rhône-Alpes par la formulation de propositions et l’expérimentation de dispositifs visant un accès plus juste des jeunes au marché du travail et/ou une extension de la protection sociale, afin que le chômage et la pauvreté des jeunes repasse sous la moyenne européenne.

Ces deux dimensions sont étroitement liées car si les pouvoirs publics n’agissent pas c’est parce qu’il n’existe pas de mouvement revendicatif fort prêt à peser sur eux. Nous visons donc la mobilisation et la formation de jeunes de 6 grandes villes de Rhône-Alpes, puis un dialogue avec des alliés associatifs et des collectivités locales pour mettre en oeuvre nos revendications.

Nous sommes actuellement en dialogue avec des décideurs publics (communes, conseils généraux, région, ministère du travail) et des associations concernant des questions comme l’autonomie financière de jeunes en rupture avec leur famille ou vivant en situation de pauvreté, la lutte contre les discrimination, l’accès au logement ou à la mobilité.

Afin de marquer un temps fort de l’organisation des jeunes, nous lançons une invitation au Parlement libre des jeunes. Il s’agit d’une initiative librement inspirée du Parlement de la Rue organisé par un collectif d’associations au Québec en 2000. Il s’agit d’une expérience de démocratie directe mobilisant des jeunes invités à s’exprimer, proposer ou revendiquer mais aussi à s’organiser collectivement pour conquérir ou préserver des droits économiques et sociaux. Il s’agit d’une fête et d’un tremplin.

Nous souhaitons, à travers cette initiative, participer à un élan de jeunes adultes vers l’engagement citoyen et lutter contre la désespérance qui touche plus particulièrement les jeunes les moins qualifiés et les plus stigmatisés.

potes-en-vert

Si vous souhaitez être associer à cette campagne, contactez nous !

» Charte des Parlements Libres de Jeunes (2015)